Pour son retour au sein du championnat de France de Ligue 2, quatre ans après l’avoir quitté, l’Amiens SC recevait, en clôture de la première journée, l’un des principaux favoris, le Stade de Reims. Rapidement en supériorité numérique, les Amiénois ont dû se contenter d’un match nul (1-1), de quoi susciter quelques regrets au regard des occasions manquées. Que retenir de ce premier match de la saison ? Quels sont les principaux enseignements de la première sortie du promu amiénois ? Tour d’horizon avec l’antisèche du match.

Jordan Lefort à la hauteur de l’évenement

Habituellement doublure de Julien Ielsch, le jeune Jordan Lefort a débuté contre Reims à un poste qui ne lui est pas totalement inconnu de défenseur central. Profitant du forfait de Fontaine et des absences pour cause de suspension d’Adenon et Seba, le natif de Champigny-sur-Marne, pourtant annoncé sur le départ au début de la préparation, a livré un match particulièrement convaincant. Jamais pris à défaut dans les duels, il a dégagé une certaine assurance rarement entrevue jusqu’ici chez lui. Particulièrement à l’aise dans ce match, il a pris en main la première relance amiénoise avec une certaine réussite. Sa volonté de verticaliser le jeu est à souligner et à féliciter. Une sortie réussie qui pourrait susciter le doute dans l’esprit de Christophe Pélisssier quant au rôle qu’il pourrait être amené à jouer dans les semaines à venir. Il a clairement marqué des points et mérite d’être revu.

Thomas Monconduit, nouveau patron

Promu capitaine au cours de l’intersaison, Thomas Monconduit a commencé cette saison 2016/2017 sur la lignée de sa fin de saison dernière. Omniprésent à la récupération, toujours disponible pour ses partenaires, habile techniquement, il a livré une prestation plus qu’aboutie, régnant en maître devant sa défense et portant sur ses épaules le milieu amiénois en première période. Véritable métronome de son équipe, il s’est également retrouvé à la construction, n’hésitant pas à se projeter vers l’avant quand l’occasion lui fut donnée. Cependant, il a un peu baissé de pied au milieu de la seconde mi-temps, période durant laquelle Amiens a connu quelques difficultés. Sûrement pas un hasard. Propre dans toutes ses transmissions, il a néanmoins mis en danger son équipe sur une transversale du gauche ratée dans une zone dangereuse du terrain. Seul nuage dans un ciel particulièrement ensoleillé. Il apparaît très clairement qu’une saison réussie pour l’Amiens SC passera forcément par une grande saison de son néo-capitaine.

Une attaque à la peine

En l’absence de Gope-Fenepej, attendu comme titulaire indiscutable sur le côté gauche de l’attaque, c’est l’expérimenté Richard Soumah qui a débuté la rencontre. Volontaire, l’ancien Guingampais a tout de même confirmé ses limites du moment. Rarement vainqueur de ses duels en un contre un, il n’a pas apporté ce que l’on peut attendre d’un ailier de débordement dans un tel système de jeu. A son crédit, une réelle intelligence de jeu lui permettant de se rendre utile pour le collectif. Son pendant à droite, Emmanuel Bourgaud, a également connu une soirée délicate. Aligné face à Samuel Bouhours, il est tombé contre un défenseur très rigoureux et appliqué ne lui laissant que très peu d’espaces. Meneur de jeu émérite, l’ancien Colmarien n’a cependant pas les qualités d’un ailier de débordement et préfère au contraire repiquer dans l’axe et s’ouvrir le cœur du jeu. En outre, Bourgaud n’a pas été aidé par le peu de contribution offensive de son latéral, Oualid El Hajjam, concentré à contrôler le virevoltant Diego.

Proche d’être décisif sur sa toute première action, Jonathan Tinhan a par la suite connu un match particulièrement difficile. Pris dans l’étau de la défense centrale rémoise, il n’est jamais parvenu à se défaire de ce marquage serré afin de se donner l’occasion de briller. Assez maladroit dans plusieurs de ses transmissions, il a paradoxalement payé la supériorité numérique de son équipe. Attaquant avaleur d’espaces, l’ancien Grenoblois s’est cassé les dents contre un bloc bien regroupé et positionné assez bas. Christophe Pélissier a alors fait le choix de le sortir peu après l’heure de jeu. Mais, ni Kamara, son remplaçant, ni Mamilonne, entré en toute fin de rencontre, n’ont trouvé la solution à l’insoluble problème posé par la défense rémoise. Certes, l’attaque amiénoise a peiné contre un adversaire réduit à dix, mais elle était privée de nombreux éléments, parmi lesquels les recrues Quentin Cornette et Reda Rabeï. Quoi qu’il en soit, le premier but amiénois cette saison a bel et bien été inscrit par un défenseur adverse.

Charly Charrier réussit ses débuts

Pour sa première sous le maillot de l’Amiens SC, Charly Charrier s’est montré sous son meilleur jour. Aligné au poste de relayeur gauche, il s’est d’abord mis en valeur sur une ouverture en profondeur à destination de Jonathan Tinhan depuis une position de… relayeur droit. Une permutation qui symbolise parfaitement son activité tout au long du match. Sur l’ouverture en question, l’ancien Guingampais livre un excellent ballon à Tinhan et provoque ainsi la sortie manquée de Johann Carrasso, débouchant sur l’infériorité numérique rémoise durant la grande majorité de la rencontre. Surtout, Charly Charrier aurait pu se montrer encore plus décisif s’il avait remporté ses deux duels face à Edouard Mendy… le remplaçant de l’infortuné Johann Carrasso.

En manque de réalisme devant les buts, l’ancien joueur de Luçon n’en a pas moins été inspiré dans le jeu collectif. Toujours en mouvement, ses déplacements entre les lignes ont fait beaucoup de mal aux Rémois. Repositionné dans un rôle de meneur de jeu axial au retour des vestiaires, il a alors été moins en vue, tout en continuant de porter le danger dans la surface de réparation adverse. Tout le paradoxe du match peu banal produit par Charly Charrier. Son entente avec Thomas Monconduit est déjà très prometteuse et offre un socle solide autour duquel Pélissier peut construire. Une première sortie convaincante qui ne demande qu’à être confirmée dès le prochain match.

En bref :

  • Guy N’Gosso a connu sa première titularisation avec l’Amiens SC au poste de défenseur central, lui, le milieu de terrain de formation.
  • Seulement deux nouveaux joueurs étaient titulaires au coup d’envoi du match (N’Gosso et Charrier). A l’inverse, près de la moitié de l’équipe champenoise faisait la part belle à ses recrues (Bouhours, Jeanvier, Da Cruz, Berthier et Chavarria).
  • Nathan Dekoke est entré en jeu en lieu et place de Julien Ielsch, fêtant ainsi sa première apparition avec l’Amiens SC mais aussi sa première dans le championnat de France (Ligue 1 et Ligue 2 confondues).
  • Oualid El Hajjam, Jordan Lefort et Guessouma Fofana ont connu leur première titularisation dans le monde professionnel.
  • Pour sa première titularisation avec Reims, Grégory Berthier n’aura joué que sept minutes, victime collatérale de l’expulsion de Johann Carrasso.
  • Bakaye Traoré demeure le dernier buteur amiénois contre Reims en championnat, c’était le 13 février 2009, Amiens s’était alors imposé 3-1 à Auguste Delaune.
  • Avec plus de 8400 spectateurs, l’Amiens SC réalise la meilleure affluence de cette première journée de Ligue 2. Un chiffre certes valorisant mais à relativiser puisque les principaux clubs pourvoyeurs de spectateurs (Reims, Strasbourg, Lens, Sochaux…) ont tous joué à l’extérieur.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire