Reprendre deux points sur Orléans, troisième au classement, avec quatre matches à jouer, tel est le défi à relever pour les hommes de Christophe Pélissier. Pour y parvenir, les Samariens doivent déjà écarter Epinal, actuel dix-septième et quasiment condamné à la CFA. Sur le papier cela semble facile, mais Amiens a pris la mauvaise habitude de laisser filer de précieux points à domicile. En outre, ses deux principaux concurrents directs, à savoir Marseille Consolat et Orléans, s’affrontent.

Buts : Kamara (25e), Héloïse (28e), Tinhan (76e) et Bourgaud (81e) pour Amiens ; Di Pinto (3e), Guyon (66e) et Colin (83e) pour Epinal.

Avertissements : Bourgaud (60e) et Monconduit (88e) pour Amiens ; Kharbouch (21e), Meyer (43e) pour Epinal.

Expulsion : Seidou (23e) pour Epinal.

Amiens SC : Gurtner – El Hajjam, Adenon, Fontaine, Ielsch (cap.) – Héloïse (Eickmayer 89e), Monconduit, Bourgaud – Soumah (Henaini 19e), Gope-Fenepej (Tinhan 69e), Kamara.

Epinal : Robin (cap.) – Leonard (Dia 46e), Meyer, Guibert, Seidou – Gbegnon (Bopesu 80e), Guyon – Di Pinto (Ketlas 74e), Chadili, Colin  – Kharbouch.

Une mi-temps faite de rebondissements

Par une belle soirée de printemps et devant un large public acquis à sa cause, Amiens loupe complètement son entame de match. Après une première faute concédée aux 40 mètres, la défense amiénoise se fait bêtement piéger dans son dos. Oublié par Ielsch, Di Pinto prend de vitesse Fontaine et ajuste parfaitement Gurtner (0-1, 3e). Pas abattu, Amiens répond du tac au tac par l’intermédiaire de Thomas Monconduit dont la frappe passe de peu à coté du cadre de Robin (6e). Dominateur, Amiens frôle l’égalisation sur un tir contré de Kamara qui s’écrase sur le poteau avant de longer la ligne de but et d’être dégagé par Guibert (15e). Mené au score, l’ASC connaît un nouveau coup dur avec la blessure de Richard Soumah, touché à la cuisse droite. L’ancien Guingampais cède sa place à Samir Henaini (21e).

Une entrée qui s’avère très vite décisive. Amiens obtient un penalty logique à la suite d’une frappe de ce même Samir Henaini déviée par le bras de Seidou (23e). Le latéral spinalien est expulsé alors que Kamara transforme sereinement en trouvant le petit filet (1-1, 25e). En supériorité numérique, Amiens ne tarde pas à prendre l’avantage. A la suite d’un ballon mal dégagé par la défense d’Epinal, Laurent Héloïse reprend de volée au niveau du point de penalty et trompe l’infortuné Olivier Robin (2-1, 29e). La fin de première période s’avère beaucoup plus hachée. En infériorité numérique, Epinal court après le ballon et multiplie les fautes loin de son but. Amiens de son côté ne parvient pas à mettre du rythme afin d’inscrire le but du break.

Une victoire acquise dans la douleur

La deuxième période débute sans le latéral droit spinalien, Paul Leonard, touché à la tempe dans un choc de tête et évacué sur une civière pendant la mi-temps. Les deux équipes reprennent le match sur un train de sénateur, Amiens fait preuve de maladresse par l’intermédiaire d’Henaini dont la frappe écrasée est aisément captée par Robin (53e), Héloïse imite son partenaire quelques instants plus tard en manquant sa reprise à bout portant (55e). Régulièrement sollicité à Bastia, Régis Gurtner passe jusqu’ici une soirée plutôt tranquille. Si Epinal parvient à neutraliser son adversaire, l’équipe entraînée par Xavier Collin se montre jusqu’ici discrète sur le plan offensif. Peu inquiété, Amiens finit par donner le bâton pour se faire battre. Sur une perte de balle plein axe de Gope-Fenepej, Guyon s’infiltre jusqu’aux 30 mètres et décroche une frappe qui termine dans la lucarne de Gurtner (2-2, 66e).

Solide mais peu inspiré, Epinal profite de l’attentisme adverse et marque sur sa deuxième occasion du match. Christophe Pélissier décide de réagir en faisant rentrer Jonathan Tinhan, son meilleur buteur, en lieu et place de Gope-Fenepej (69e). Un coaching payant puisque le joueur formé à Grenoble va faire basculer le destin du match. Servi en profondeur par Samir Henaini, le numéro 11 amiénois prend de vitesse son défenseur et trompe Robin d’un subtil plat du pied (3-2, 76e). Poussé par son public, Amiens pense se mettre définitivement à l’abri sur une merveille de volée de Bourgaud aux 16 mètres (4-2, 81e). Mais, c’est sans compter sur un énième relâchement de sa défense. Sur un coup franc de Kharbouch, Colin s’impose dans les airs et marque le but de l’espoir pour Epinal (4-3, 83e). On en reste là, malgré les dernières velléités offensives spinaliennes.

Dans un match largement à sa portée, Amiens s’est fait peur. Rapidement menés au score, les hommes de Christophe Pélissier ont ensuite mis à profit leur supériorité numérique pour prendre l’avantage. Après avoir donné le sentiment de se contenter de ce petit but d’avance, l’ASC a été poussé à porter le coup de collier nécessaire pour glaner, dans la douleur, trois points précieux dans la course à la montée. Pour autant, point de bonne opération à l’horizon puisque Orléans s’est imposé contre Marseille Consolat (3-2). Prochain épisode, vendredi prochain à Strasbourg. Là encore un succès est capital pour l’Amiens SC. Strasbourg jouera également gros de son côté, puisque l’officialisation de la montée voire le titre seront en jeu dans le bouillant chaudron qu’est la Meinau.

Crédits image : Gazette Sports

Reporter Sportif dans les Hauts-de-France. Je couvre quotidiennement l'Amiens SC et le RC Lens. Vous pouvez également retrouver mes opinions sur le football en général et de nombreuses interviews de supporters. «Quand vous jouez un match, il est statistiquement prouvé que les joueurs n'ont la balle que trois minutes en moyenne. Le plus important, c'est donc ce que vous faites pendant ces 87 minutes où vous n'avez pas la balle. C'est ce qui fait que vous êtes un bon joueur ou non.» - Johan Cruyff

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire