Si la communication au RC Lens est souvent défaillante voire désastreuse, celle d’Alain Casanova, samedi, à l’issue de la défaite contre Amiens (0-1), avait le mérite d’être claire et pertinente. « Lundi, on n’était pas les champions, aujourd’hui, on sait que la route est encore très longue ». De quoi rappeler qu’une saison dure 38 journées et que les conclusions du mois d’août sont rarement celles du mois de mai. Si l’on n’attend pas d’un supporter un regard objectif sur la situation de son équipe de cœur, on peut tout de même espérer de lui une certaine stabilité dans l’analyse. Or, à l’issue de la rencontre contre Nîmes, bon nombre de supporters lensois voyaient déjà en cette cuvée 2016/2017, la meilleure cuvée depuis près de dix ans. Passons sur le fait qu’une seule rencontre suffise à certains pour avoir un avis définitif sur une équipe et sur la saison que cette dernière sera à même de produire. Ce qui est encore plus désolant est que parmi ce groupe, pour qui au passage l’enflammade n’a plus aucun secret, une partie loin d’être marginale a réussi à retourner sa veste, dès samedi soir, après une seule et petite défaite contre Amiens.

Cette équipe si forte et enthousiasmante lundi est alors devenue une équipe banale, incapable d’appréhender l’atmosphère entourant Bollaert-Delelis, en raison de joueurs moyens et d’un entraîneur médiocre. Ce genre d’analyse, à l’emporte-pièce, est malheureusement monnaie courante dans le football, une dérive qui plus est renforcée et nourrie par l’émergence des réseaux sociaux. L’instantanéité de ces nouveaux modes de communication encourage chaque individu à avoir un avis sur tout, et ce en permanence. Or, comme l’a bien rappelé Kévin Fortuné, le RC Lens « est encore en rodage ». Une période de découverte durant laquelle on peut tout au mieux dégager certaines tendances, mais certainement pas mener une analyse définitive sur la poursuite de la saison à venir. Certes, si l’objectif du RC Lens est d’être champion à la fin de la saison, celui-ci sera difficile à réaliser au regard du début de saison réalisé. Pour autant, il serait injuste de condamner cette équipe aussi tôt dans la saison.

Les grands bouleversements effectués cet été, tant sur le plan de l’actionnariat, du staff technique et des joueurs, obligent chaque observateur, journalistes comme supporters, à faire preuve de patience. Surtout, le souvenir de la saison dernière, où le RC Lens a manqué de peu la montée après un début de saison catastrophique, doit servir de garde-fou à tous ceux qui s’aventurent dans l’analyse définitive ou les critiques extrêmes en plein mois d’août. Parfois, il faut savoir raison garder.

Reporter Sportif dans les Hauts-de-France. Je couvre quotidiennement l'Amiens SC et le RC Lens. Vous pouvez également retrouver mes opinions sur le football en général et de nombreuses interviews de supporters. «Quand vous jouez un match, il est statistiquement prouvé que les joueurs n'ont la balle que trois minutes en moyenne. Le plus important, c'est donc ce que vous faites pendant ces 87 minutes où vous n'avez pas la balle. C'est ce qui fait que vous êtes un bon joueur ou non.» - Johan Cruyff

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire